GENTLEMEN PETANQUE CLUB

LA TOUR DE SALVAGNY
 
 
 
 
 
 
La “fanny”, une tradition totalement liée aux jeux de boules, même si par extension, cette expression est utilisée dans d’autres jeux pour signifier une défaite absolue !
Bien qu’évoquant la Provence et l’univers de Marcel Pagnol, ses origines remontent plus loin... Partout, sur tous les terrains de boules, les joueurs ont le même petit sourire entendu quand on les interroge sur la Fanny. Pourtant aucune femme n’est jalouse d’elle ! Même quand son propre époux rend honneur à Fanny en appliquant un baiser sur ses fesses rebondies... Mon pauvre monsieur, embrasser Fanny, c’est l’image effrayante de la défaite, la preuve horrible qu’on a été battu. Et pas seulement battu, mais vaincu lamentablement, l’humiliation totale : perdre par 13 à 0 ! le malheureux qui a essuyé ce désastre est tenu de se mettre à genoux, en présence de tous les joueurs rigolards et du public qui se régale de le voir, comme s’il allait à confesse, s’approcher de l’autel où il doit baiser les fesses de Fanny. Avant ce spectacle de choix, on fait souvent sonner une cloche afin que nul n’ignore que quelqu’un vient de perdre par 13 à 0.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

La tradition

Prude, cachée derrière un panneau de bois ou un rideau, elle présente de façon provocante son postérieur voluptueux. Fabriquée avec ferveur, ainsi qu’une vraie relique, véritable “ex-voto” des adorateurs de la boule sacrée, la petite armoire avec sa Fanny ornait naguère tous les cafés où les joueurs s’affrontaient.
A l’heure actuelle, on la trouve plutôt chez les antiquaires et les brocanteurs, parfois avec chance au détour d’un vide grenier de village. Les clubs par contre la conservent jalousement et elle fait partie de leur patrimoine.
Certains fabricants, comme La Boule Bleue de Marseille ont une Fanny en argile décorée à leur catalogue d’accessoires.

Elle a vraiment existé

Certains pensent que son origine est savoyarde, mais on peut témoigner dès 1870 de l’existence d’une vraie Fanny à Lyon. Dans le quartier de la Croix Rousse, les joueurs se rencontraient sur le terrain du “Clos Jouve”. Dans ce quartier habitait une jeune fille de 20 ans qui faisait le désespoir de ses parents, on la retrouvait souvent sur le terrain du Clos Jouve où elle admirait les joueurs. Voilà notre Fanny ! En cadeau de consolation, elle dévoilait ses charmes au joueur malheureux qui n’avait marqué aucun point : elle l’entraînait à l’écart et hop! elle relevait ses jupes et montrait ses fesses au vaincu. Nous n’en étions pas encore à les baiser.
La pauvre Fanny n’eut pas une destinée heureuse, elle fut prise pour folle, on manqua l’enfermer dans un asile mais la justice fut magnanime car elle considéra qu’elle égayait finalement le jeu. Elle finit par vivre avec un ivrogne, tomba enceinte, fut séparée de son enfant, fut internée dans un asile pour indigents où elle mourut quelques temps plus tard. mais son souvenir nostalgique est resté bien vivant, les habitués du Clos Jouve la firent passer à la postérité.
 

Un rituel universel

Les joueurs d’autres régions qui fréquentaient le Clos Jouve importèrent le rituel de la Fanny dans leur pays d’origine, c’est ainsi qu’en quelques décennies il devint universel. Ce fut un usage répandu de réaliser des icones qui pouvaient être réellement embrassées pour le plus grand plaisir (ou la honte) des joueurs. Dès le début du XXe siècle, les Fannys étaient tellement demandées que des industriels se spécialisèrent dans leur fabrication. Elles furent accompagnées de l’inévitable clochette et d’un petit tapis destiné à épargner les genoux des malheureux perdants, formant des ensembles charmants et désuets.
Dans de nombreux clubs, le rituel prit tant de sérieux que les perdants par fanny étaient consignés dans des registres et qu’on organisait des banquets annuels où les joueurs malheureux recevaient leur diplome de Fanny!
Les images des Fanny firent florès sur les cartes postales, les calendriers, les marqueurs de points bien sûr, etc...
C’était aussi une façon amusante et libre de contourner la morale bourgeoise chrétienne qui jetait l’opprobre sur ces images dénudées...
Pour finir, on peut lire cette anecdote qui met en scène un curé et le postérieur de Fanny!

le curé


Personne ne s'étonnera que les curés se soient aussi beaucoup occupés du jeu de boules. Il n'est écrit nulle part, noir sur blanc, que cette pratique soit interdite au clergé. Il y a là d'ailleurs une source d'assez jolies anecdotes.
Le curé de Forcalquier dans le Luberon, était un grand amateur de boules et de surcroit un bouliste non dénué de mérite, mais un beau jour ou faut-il dire un mauvaid jour, il nesutpas, luinon plus, échapper à la fatale défaite. Quans le malheureux fut contraint de baiser le postérieur de Fanny, il dut se creuser la tête pour se sortir de cette situation cornélienne. Il trouva finalement le moyen de se tirer de ce mauvais pas avec diplomatie. Il se banda les yeux. La morale et le rite étaient saufs.
Un autre curé qui aimait bien lui aussi le jeu de boules, reussit à sauver son équipe deux fois de la Fanny. Après quoi il commenta sobrement : '' vous comprenez, mes braves, un curé doit fuir la tentation de Fanny''.
 

Une autre version

Cette tradition serait originaire... de Savoie ! La Fanny originelle aurait été serveuse au café de Grand-Lemps, juste avant la Première Guerre Mondiale. La légende dit que, par gentillesse, elle se laissait embrasser par les clients qui venaient de perdre aux boules sans marquer le moindre petit point. La bise se faisait alors sur la joue.
Jusqu'au jour où, toujours selon la légende, le maire du village perdit à son tour et vint quémander sa " récompense ". Fanny avait-elle un grief contre lui et voulut-elle l'humilier en public? Nul ne le sait. Ce qui est sûr, c'est qu'elle grimpa sur une chaise, releva ses jupes et lui tendit... ses fesses! Le maire ne se démonta pas. Moins d'une seconde plus tard, deux baisers retentissants résonnaient dans le café. C'était le début d'une longue tradition...
Le problème, c'est que les joueurs n'ont pas toujours une Fanny sous la main. Ou plus exactement une Fanny qui accepte de dévoiler ses fesses en public. C'est pourquoi, dans tous les lieux où l'on joue aux boules, une place d'honneur est réservée à une Fanny postiche. Les malheureux perdants sont alors obligés de venir embrasser en public les fesses toujours rebondies d'une Fanny représentées sous forme de tableau, de poterie ou de sculpture. Ainsi, la récompense est devenue l'humiliation suprême pour tout joueur de boules.
Coïncidence? L'expression " être capot " qui, à la belote, signifie ne pas avoir marqué un seul point dans une mène, viendrait d'une expression provençale qui veut tout simplement dire: " faire baiser le cul " !
Comme quoi, en Provence, les boules et la belote se rejoignent toujours...

Adresse : 7, rue de l'église
69890  La Tour de Salvagny
 
 Téléphone :  06 63 85 50 05
compteur
2016 - Le Gentlemen Pétanque Club la Tour de Salvagny.    Cre@tys